Lallemand Animal Nutrition
Africa / Middle East - Français   [ Changer ]
Actualités

13 Juin 2018

Améliorer l’efficacité alimentaire pour une meilleure rentabilité en élevage

13 Juin 2018

Pérenniser la rentabilité des exploitations est un challenge central pour les éleveurs. Une meilleure maîtrise du coût alimentaire et notamment une amélioration de l’efficacité alimentaire constitue un levier clé pour relever ce défi.

 

QU’EST-CE QUE L’EFFICACITÉ ALIMENTAIRE CHEZ LES BOVINS VIANDE ?

L’efficacité alimentaire est évaluée par l’indice de consommation qui correspond aux kilogrammes de matière sèche ingérée par kilogramme de croissance. Il permet d’évaluer la capacité des bovins à l’’engraissement à valoriser la ration.

L’alimentation représente le coût le plus important dans la production de viande bovine. Récemment, la très forte hausse du coût alimentaire a accru sensiblement la part de la ration dans les coûts totaux. L’impact de l’indice de consommation (IC) a été évalué depuis des années dans les élevages de bovin à l’engraissement. Par exemple, une baisse de l’ordre de 0,3 à 0,5 de l’indice de consommation, montre que pour la même croissance, les animaux vont manger de 0,3 à 0,5 kg en moins par jour (soit un gain de +3 000€/100 têtes/an avec un coût alimentaire de 2 €/tête/jour dans un système de ration concentré).

Parmi les facteurs qui peuvent affecter l’efficacité alimentaire, certains sont très liés à l’efficacité ruminale :

  • La digestibilité de la ration : en général l’indice de consommation diminue quand la digestibilité de la ration augmente
  • La croissance : généralement l’indice de consommation diminue à mesure que celle-ci

D’autres facteurs peuvent avoir un impact sur l’indice de consommation, ainsi, il augmente selon l’âge des animaux, l’état sanitaire, le confort des bâtiments d’élevage…

 

QUELS SONT LES INDICATEURS D’UNE BONNE EFFICACITÉ ALIMENTAIRE ?

Chez les bovins viande, certains signes sont révélateurs d’une bonne efficacité alimentaire :

  • Une croissance plus homogène des lots, favorable à la mise en marché
  • Une amélioration de la digestion de l’amidon et des fibres, pour moins de résidus dans les fécès
  • Une prise alimentaire plus régulière
  • Une rumination améliorée
  • Une moindre nervosité
  • Une meilleure propreté
  • Une diminution des fourbures et des boiteries associées

photo cornes bovin engraissement efficacité alimentaire

De plus, l’altération de la qualité de la corne (cornes rouges et/ou fourbure) se révèle être un bon indicateur du fonctionnement du rumen. Cette inflammation est liée à la libération d’histamine dans le rumen et les vaisseaux sanguins. (voir image ci-dessus)

 

LE RUMEN EN QUELQUES CHIFFRES :

L’efficacité ruminale est étroitement liée à l’efficacité alimentaire. Il est important de rappeler quelques chiffres clés pour mieux comprendre le fonctionnement du rumen et le rôle primordial qu’il a sur les performances globales des bovins.

  • Le rumen est composé à 50% de gaz et à 50% de liquide
  • Le pH d’un rumen en bonne santé est 6,5
  • Un pH inférieur à 6 est signe d’acidose subaiguë : aucun signe visible de cette pathologie
  • Un pH supérieur à 5,6 est signe d’acidose aiguë : baisse de la croissance, apparition de boiteries
  • 30 milliards de microbes sont présents par ml de liquide
  • La zone des papilles ruminales équivaut à la surface développée d’un terrain de football

Grâce à la fermentation microbienne, un rumen extrait plus de 70 % de l’énergie contenue dans la ration.

 

Prendre soin du rumen des bovins permet d’optimiser leur efficacité alimentaire et participe donc à une meilleure rentabilité de l’élevage.