Lallemand Animal Nutrition
Africa / Middle East - Français   [ Changer ]

COVID-19 Info
Nous tenons à informer nos clients et partenaires que nous mettons tout en œuvre pour assurer la continuité de nos services pendant cette période. Nous avons appliqué des plans d'urgence dans nos sites de production, et - à ce jour - notre production se poursuit selon des mesures de sécurité strictes pour protéger la santé de notre personnel. Nous tiendrons nos clients informés de l'évolution de la situation.

Actualités

25 Oct 2020

Les bouses liquides au pâturage ne sont pas une fatalité !

25 Oct 2020

bouses liquides au pâturage

Lorsque les vaches broutent de l’herbe jeune des diarrhées alimentaires apparaissent, ce qui constitue un gros désagrément au moment de la traite. Des bouses molles peuvent également indiquer une mauvaise digestion ruminale liée à une acidose ruminale subaigüe (SARA), en particulier si des bulles ou des fibres non digérées sont visibles. Les conséquences financières d’une altération de la fonction ruminale sont significatives. La qualité du lait peut s’en trouver affectée et les vaches ne produisent pas à leur plein potentiel.

Kevin Gleeson et Anne Sugrue, un couple d’éleveurs installé à Borrisoleigh (Irlande) connaissent très bien les difficultés liées à la conduite de vaches à la mise à l’herbe. Ils élèvent 147 vaches laitières de race Holstein vêlant au printemps avec une production moyenne de 7 500 L/an et 570 kg de taux de matière utile à partir de 1300 kg de concentré. Pour la saison de pâture 2019, ils ont participé à un essai portant sur une supplémentation en levures vivantes.

Essai sur le pâturage et la supplémentation en levures vivantes

Sur les 55 vaches traites par robot, 27 ont reçu Saccharomyces cerevisiae CNCM I-1077 (LEVUCELL SC) à la dose standard (1 × 1010 UFC/tête/jour). Chez les 28 autres, aucune supplémentation n’a été ajoutée à leur ration de 5 kg constituée à 14 % d’aliment spécial vaches laitières à base de céréales. Outre les données de performances enregistrées par le robot, les indicateurs clés de l’efficacité ruminale ont été mesurés à trois reprises au cours de cet essai de quatre mois.

Indicateurs visibles de la digestion ruminale

Au cours de cet essai, les producteurs ont noté une différence sur la qualité des bouses chez les vaches traites par le robot. Celles-ci étaient en effet plus molles chez les animaux qui ne recevaient pas de supplémentation. À l’inverse, les vaches supplémentées se sont révélées nettement plus propres tout au long de l’essai. Cette observation a été confirmée par les indicateurs clés des évaluations de l’efficacité ruminale (Figure 1).

Production de lait

Les vaches supplémentées en levures vivantes ont produit davantage de lait plus riche en graisses et en protéines que les vaches non supplémentées (Figure 2). Ceci a permis d’obtenir une augmentation de +1,14 kg de lait corrigé selon la matière grasse.

Un retour sur investissement de 6:1

“Lorsque nous avons remarqué la différence, nous avons décidé de mettre notre autre troupeau sous LEVUCELL SC. » déclare Kevin. « Il n’a pas fallu longtemps pour que ces vaches commencent à être beaucoup plus propres lorsqu’elles arrivaient en salle de traite, ce qui a confirmé les résultats observés dans l’essai réalisé avec le robot. Une fois l’essai terminé et les chiffres générés, la comparaison des extraits secs du lait par rapport au coût annuel de la levure a donné un retour sur investissement global d’environ 6:1, et nous avons demandé à notre fournisseur d’inclure cette année LEVUCELL SC TITAN dans notre aliment pour vaches laitières. »

En conditions de pâturage, l’essai terrain a confirmé les effets de S. cerevisiae CNCM I-1077 sur l’amélioration de la fonction ruminale (pH du rumen et digestibilité des fibres) et des performances laitières.