Lallemand Animal Nutrition
Africa / Middle East - Français   [ Changer ]
Actualités

01 Oct 2021

Variabilité des ensilages d’herbe, un défi pour le rumen !

01 Oct 2021

L’ensilage de cette année pourrait présenter un défi pour le rumen en raison d’une météo fortement variable (de la grêle à la sécheresse). Celle-ci a perturbé les pratiques de coupe habituelles. Certains ont pu récolter leurs premières coupes très tôt et d’autres ont dû attendre beaucoup plus tard que d’habitude.

Les impacts du moment de coupe

Nous sommes donc confrontés à deux scénarios probables. Les éleveurs auront soit des ensilages « fusées » à coupe précoce qui sont hautement digestibles et pourraient avoir un impact sur le pH du rumen, soit des ensilages à haute teneur en NDF qui ont été coupés tardivement et ne sont pas aussi digestibles que vous le souhaiteriez.

Première coupe tardive

Si la première coupe fut tardive, le taux de lignine est plus élevé. Les fibres végétales sont constituées de cellulose et d’hémicellulose – qui peuvent toutes deux être digérées par les ruminants – et d’un troisième composant, la lignine, qui ne le peut pas. Au fur et à mesure que la plante mature, la teneur en lignine augmente, ce qui réduit la qualité globale des fibres et leur digestibilité. Donc, pour ceux qui ont pris des coupes plus tard que prévu, cela pourrait être un problème.

Première coupe précoce

A l’inverse,  les éleveurs ayant pu récolter assez tôt, ont pu faire un ensilage de qualité avec un niveau élevé en énergie mais faible en NDF. Ces ensilages hautement digestibles passeront rapidement le rumen et pourraient augmenter le risque d’acidose en remettant en cause la stabilité du pH ruminal.

Dans l’un ou l’autre scénario, il sera important d’analyser le fourrage régulièrement et d’équilibrer les régimes en conséquence pour maintenir la santé et la performance des vaches.

Par exemple, augmenter les niveaux de foin/paille dans les rations lorsque l’ensilage herbe est hautement digestible. Au contraire, si votre ensilage est plus riche en NDF, assurez-vous que les particules soient hachées plus finement. Cela aidera les microbes à décomposer la fibre plus facilement et maintiendra un bon apport en matière sèche de la ration.

Une levure probiotique pour optimiser le rumen

L’ajout de LEVUCELL SC, dans la ration, va être bénéfique dans les deux situations. La fonction d’une levure vivante de favoriser l’implantation d’une flora ruminale bénéfique au détriment d’une flore moins favorable au bien-être de la vache.

Lorsqu’il s’agit d’ensilages à haute teneur en NDF, la levure vivante spécifique LEVUCELL SC a un impact positif sur les champignons du rumen qui ont une action mécanique sur la couche externe de la fibre. Cela permet aux bactéries du rumen de décomposer davantage la fibre, la rendant plus digeste et améliorant son utilisation par la vache.

D’autre part, dans une situation où la charge en acide peut être augmentée en raison de fourrages hautement digestibles, une levure vivante favorise les bactéries qui utilisent l’acide lactique comme source de nutriment ainsi que la concurrence directe avec les bactéries productrices d’acide lactique pour leur source de nutriment. Cela régule le pH du rumen en réduisant la quantité d’acide lactique présente.