Lallemand Animal Nutrition
Africa / Middle East - Français   [ Changer ]

COVID-19 Info
Nous tenons à informer nos clients et partenaires que nous mettons tout en œuvre pour assurer la continuité de nos services pendant cette période. Nous avons appliqué des plans d'urgence dans nos sites de production, et - à ce jour - notre production se poursuit selon des mesures de sécurité strictes pour protéger la santé de notre personnel. Nous tiendrons nos clients informés de l'évolution de la situation.

Actualités

10 Jan 2021

Comment éviter les baisses de productivité liées au froid ?

10 Jan 2021

Il est bien connu que les températures élevées en été affectent les ruminants (vaches laitières, bovins viande, chèvres…). Cependant, l’hiver n’est pas sans conséquence. Lorsque les températures baissent, les vaches laitières détournent leur énergie pour maintenir une température corporelle normale. Ce changement se fait au détriment de leur production laitière. Mais il existe des techniques de gestion simples pour protéger les vaches du froid et maintenir leur productivité.

 

Quand fait-il trop froid pour une vache ?

Lorsqu’il fait froid, les vaches utilisent plus d’énergie pour se maintenir au chaud. Elles peuvent naturellement résister au froid en développant un pelage d’hiver épais et dense, mais le processus prend du temps. Le type d’habitat et l’environnement jouent un rôle important. Par exemple, les vaches perdent moins d’énergie dans une stabulation libre avec rideaux ou bardage que dans un enclos ouvert. Le ministère de l’agriculture de l’Ontario au Canada a constaté que le stress dû au froid peut commencer entre 0°C et 7°C selon l’état du pelage1. Des chutes de température importantes plus tôt dans l’année peuvent affecter davantage les vaches car leur pelage n’est tout simplement pas préparé pour l’hiver.

 

Impact sur le métabolisme et la production laitière

Grâce à des études et données publiées en 1981, nous comprenons mieux aujourd’hui les réactions des vaches laitières en lactation lorsqu’elles sont confrontées au stress dû au froid2 (Tableau 1).

Température de l’air Maintien de l’énergieMatière sèche ingéréeConsommation d’eau Production laitière quotidienne
10°C100100100100
5°C103100100100
0°C11010196100
-5°C11810694100
-10°C1261098793
-15°C1331118285
Tableau 1: Changements relatifs des besoins quotidiens des vaches laitières en lactation exposées au stress de l’air froid, par rapport aux conditions environnementales tempérées fixées à 100% (Adapté de NRC, 1981).
photo stress froid vaches

 

Quelques changements biologiques se produisent lors de températures froides :

  • Lorsque la température ambiante tombe à 0°C ou en dessous, les besoins énergétiques d’une vache augmentent d’au moins 10 %, pour lui permettre de maintenir sa température corporelle. Le refroidissement dû au vent accentue cet effet et demande encore plus d’énergie
  • En dessous 0°C, la consommation de matière sèche augmente, généralement de 5 à 10 %. L’objectif est d’obtenir plus d’énergie dans les rations.
  • Si l’eau refroidi les prises diminueront
  • Avec un changement dans la répartition de l’énergie et des prises d’eau potentiellement plus faibles, la production laitière moyenne peut diminuer

Il est intéressant de noter que la vache laitière, dans le contexte d’élevage moderne, continue à maintenir sa productivité en lait, même si la température de l’air est autour de -5°C. L’expérience terrain montre que son état corporel sera lésé pour maintenir la chaleur corporelle et la production de lait.

 

Quelques conseils pratiques pour faire face au froid :

  1. Stocks de fourrage : Bien maîtriser la teneur en matière sèche de l’ensilage, de façon régulière et fréquente. Cela permet de s’assurer qu’il n’y a pas de surprises sur les ratios fourrages/céréales.
  2. Autoriser des refus de ration totale mélangée (RTM) plus élevés : Lorsqu’il fait froid, les vaches peuvent augmenter leurs apports en matière sèche au-delà des quotas de refus normaux. Évitez que les vaches ne soient à court de nourriture au niveau de l’auge et autorisez des refus de RTM plus élevés.
  3. Surveiller les notes d’état corporel : Une réduction de l’état corporel ou de la teneur en protéines du lait peut indiquer que les vaches ne reçoivent pas suffisamment d’énergie. Il faut surveiller en particulier l’enclos des vaches fraîchement vêlées. Ce groupe subit de nombreux changements au cours des premiers jours de la lactation, il est donc plus vulnérable.
  4. Vérifiez l’équipement : Des morceaux de glace solide peuvent s’introduire dans la mélangeuse et l’endommager. Cela peut affecter la qualité et la régularité de la ration.
  5. Veiller à l’eau : L’apport en eau est important pour la production de lait. Il est indispensable de surveiller les abreuvoirs et autres points d’abreuvement gelés et s’assurer que le rafraîchissement de l’eau est adéquat.
  6. Pelage: Le pelage d’hiver de la vache est sa première protection contre le froid. Maintenez-la propre et sèche. Les brosses de toilettage peuvent également être utiles.
  7. Complémenter l’alimentation : Les changements de ration en hiver et l’augmentation de la consommation d’aliments peuvent créer des troubles de la digestibilité. Une solution est d’incorporer une levure vivante spécifique pour le rumen, telle que Saccharomyces cerevisiae CNCM I-1077 (LEVUCELL SC), à tous les stades de la lactation pour réduire le risque d’acidose ruminale subaiguë (SARA).

Ces conseils peuvent aider à protéger le troupeau et à limiter les pertes de production laitière.

 

1 Tarr, Brian. Ontario Ministry of Agriculture, Food and Rural Affairs. Cold Stress in Cows Fact Sheet (Ag dex# 420/51) Jan 2007. Accessed on Nov. 11, 2020 http://www.omafra.gov.on.ca/english/livestock/beef/facts/07-001.htm.
2 NRC: Effect of environment on nutrient requirements of domestic animals. Sub-committee on environmental stress. Washington DC: National Academies Press. (US). 1981.