Lallemand Animal Nutrition
Africa / Middle East - Français   [ Changer ]

COVID-19 Info
Nous tenons à informer nos clients et partenaires que nous mettons tout en œuvre pour assurer la continuité de nos services pendant cette période. Nous avons appliqué des plans d'urgence dans nos sites de production, et - à ce jour - notre production se poursuit selon des mesures de sécurité strictes pour protéger la santé de notre personnel. Nous tiendrons nos clients informés de l'évolution de la situation.

Actualités

01 Juil 2020

Une levure vivante pour aider à gérer les périodes de stress thermique

01 Juil 2020

stress thermique levure vivante

Le stress thermique ne touche pas uniquement les régions tropicales et ne se limite pas aux deux mois d’été ; il peut constituer un problème sur de plus longues périodes. Par la surveillance de l’indice THI dans l’environnement des animaux (à l’étable), mais également par la mesure et l’évaluation d’indicateurs comme la rumination, la locomotion ou encore la présence de céréales non digérées dans les bouses, les éleveurs peuvent mieux anticiper les problèmes liés au stress thermique et prendre les mesures nécessaires avant que la quantité et la qualité de la production laitière ne chutent. 

 

Le stress thermique a un impact sur la fonction ruminale et le comportement alimentaire des vaches

L’un des nombreux défis de la production laitière dans les climats chauds et humides est la diminution des rendements laitiers lorsque les vaches sont exposées au stress thermique. Le stress thermique a des effets sur le rumen, entraînant un risque accru d’acidose ruminale subaiguë (SARA).

Plus de 500 audits de l’efficacité du rumen (voir encadré en bas d’article) ont été compilé, ils ont été réalisés dans des exploitations agricoles de nombreuses régions et dans de nombreux systèmes agricoles soumis à des conditions de stress thermique.  60 % des exploitations présentent une efficacité sous-optimale du rumen. Les indicateurs liés au comportement alimentaire sont affectés par le stress thermique, en particulier l’activité de rumination.

 

Des stratégies nutritionnelles pour préserver les performances laitières

Parmi les mesures nutritionnelles ayant fait leurs preuves pour contrer le stress thermique, le recours à la levure vivante spécifique du rumen Saccharomyces cerevisiae CNCM I-1077 (LEVUCELL SC) a montré des effets positifs sur le milieu ruminal, et par conséquent sur la production de lait. Cette levure vivante spécifique du rumen agit comme un modificateur ruminal.

Cette levure atténue efficacement les conséquences du stress thermique sur la production laitière et améliore le comportement de rumination (Fustini et al, 2013). L’étude récente de Perdomo et al. (2020) démontre en outre les avantages de la levure vivante sur les profils de fermentation du rumen et le comportement alimentaire, deux paramètres qui sont intimement liés. Cela se traduit par une meilleure efficacité alimentaire.
stress thermique vaches laitières

 

Amélioration de l’efficacité du rumen et du comportement alimentaire dans des conditions stressantes

Une étude portant sur une exploitation japonaise en conditions de stress thermique (entre avril et août 2017 ; THI 69-78) a évalué à l’aide du logiciel REI l’effet de LEVUCELL SC sur la performance laitière et les indicateurs d’efficacité ruminale, en été et dans des conditions non acidotiques. Des audits ont été réalisés avant la supplémentation, avec un indice THI=59, et après une supplémentation de 1,5, 2,5 et 4 mois, pour un indice THI compris entre 69 et 78.

Cette étude en exploitation confirme les effets bénéfiques sur les indicateurs de l’efficacité ruminale : auparavant, la rumination était sous-optimale, mais elle a été améliorée malgré le stress thermique. En effet, avant la supplémentation, le pourcentage de vaches en rumination était de 50 % (THI 59), contre 63 % avec LEVUCELL SC, et ce malgré un THI élevé. Pendant la durée de la supplémentation, une amélioration d’autres indicateurs comme le remplissage du rumen et la propreté de l’animal a également été observée. En outre, le rapport taux butyrique/protéines était maintenu au-dessus de 1,2 (à un faible niveau de risque) malgré le stress thermique. Pour finir, la levure vivante a non seulement soulagé l’impact du stress thermique sur les vaches laitières, mais a aussi amélioré leur performance par rapport à une période sans stress : l’efficacité alimentaire globale et la marge brute hors coûts d’alimentation ont progressé pendant la saison chaude par rapport à la période de THI bas (Graphique 1).

Graphique 1 : Efficacité alimentaire moyenne avant et après une supplémentation
avec Levucell SC en conditions de stress thermique (Japon, 2017).

 

Qu’est-ce qu’un audit REI ?

Résultats sur le comportement du rumen en cas de stress thermique

Le REI est une approche globale reposant sur l’évaluation d’un ensemble d’indicateurs mesurables à l’échelle de l’exploitation. Il se compose de 9 indicateurs sélectionnés à partir de sources scientifiques et du terrain.

Certains indicateurs sont particulièrement corrélés avec le stress thermique, comme la matière utile du lait, le comptage de cellules somatiques, la rumination…

RÉFÉRENCES
Bach A., C. Iglesias, M. Devant, and N. Ràfols. 2007. Daily rumen pH pattern of loose-housed dairy cattle as affected by feeding pattern and live yeast supplementation. J. Anim. Feed Sci. Technol. 136: 146-153
DeVries T. J. and Chevaux E.. 2014. Modification of the feeding behavior of dairy cows through live yeast supplementation. J. Dairy Sci. 97: 6499–6510
Fustini M., A. Palmonari, H. Durand, A. Formigoni, and E. Grilli. 2013. Effect of Saccharomyces cerevisiae CNCM I-1077 (LEVUCELL SC) on rumen pH and milk production during heat stress. J. Anim. Sci. 91 (S2)/J. Dairy Sci. 96 (S1)
Perdomo, M.C. et al. 2020. Effects of feeding live yeast at 2 dosages on performance and feeding behavior of dairy cows under heat stress. J. Dairy Sci., Vol. 103 (1) 325 – 339