Lallemand Animal Nutrition
Africa / Middle East - Français   [ Changer ]
Actualités

01 Juin 2019

Alimentation du maïs d’ensilage après la sécheresse (1/3)

01 Juin 2019

maizesilage

La sécheresse est un phénomène qui se caractérise par un stress hydrique répété de la plante pendant la phase de croissance (la période la plus critique étant du stade de la soie à la floraison). Ce stress perturbe la floraison et la fécondation de la plante. Dans les cas les plus critiques, le maïs peut se colorer prématurément et mûrir de manière accélérée. Mais il existe des solutions pour limiter les répercussions sur ces cultures de maïs. 

 

CARACTÉRISTIQUES NUTRITIONNELLES DU MAÏS CULTIVÉ EN CONDITIONS DE SÉCHERESSE

En conditions de sécheresse, nous avons observé :

  • Rendements plus faibles
  • Variation de la teneur en matière sèche (MS) : Dans le champ et entre les champs et donc dans le silo
  • Teneur énergétique : La valeur de l’aliment est d’environ 80 %, mais varie entre 70 % et 100 %.
  • Faible teneur en amidon : peut être inférieure à 10 % sur la base de DM
  • Teneur élevée en sucre : Jusqu’à 20% de MS ; le sucre fermente rapidement dans le rumen et le risque d’acidose augmente.
  • Plus de teneur en ADF et NDF : diminution de la digestibilité totale du fourrage, mais la digestibilité des NDF peut être augmentée. En raison d’une digestibilité NDF possible plus élevée, le taux de passage dans le rumen peut être plus rapide.
  • Teneur plus élevée en protéines brutes (10%) : mais plus de NPN (azote non protéique), l’ammoniac affecte négativement le foie et augmente l’urée du lait.
  • Teneur élevée en nitrates.

Analyse de l'ensilage de maïs (en conditions normales et de sécheresse)

Analyse de l’ensilage de maïs (1 386 échantillons, 1º. juillet – 7 août 2012 (Dairyland Labs). L’année 2012 a été une année de sécheresse aux Etats-Unis.

 

Solutions et recommandations :

  • Adaptez votre alimentation aux caractéristiques de l’ensilage de maïs et consultez votre nutritionniste. Ajuster le bilan énergétique ainsi que la disponibilité d’énergie et d’azote dans le rumen. L’énergie rapide a besoin aussi de protéines rapides. Ne donnez pas de NPN supplémentaire. Vérifier le remplissage du rumen, l’ingestion d’aliments et les signes d’acidose subclinique.
  • Analysez régulièrement l’ensilage pour bien adapter votre alimentation.
  • Attention aux fortes variations de DM (de 25% à 45%).
  • Analyser la transformation de l’ensilage en grains pour adapter la stratégie d’alimentation.

 

Découvrez les effets de la sécheresse sur le contenu en nitrates et la production de gaz du maïs