Lallemand Animal Nutrition
Africa / Middle East - Français   [ Changer ]
Actualités

26 Oct 2021

Ouverture des silos de maïs : attention à la transition !

26 Oct 2021

L’ouverture des silos de mais est un moment crucial pour la stabilité ruminale des ruminants. Cette année 2021 a été globalement favorable pour le maïs.

En revanche, chaque nouveau silo a une qualité différente (teneur en amidon, matière sèche, digestibilité …) du précédent. Cette variabilité implique une adaptation du microbiote ruminal des animaux qui vont consommer l’ensilage. Elle peut prendre plusieurs semaines.

 

Analyse de l’ensilage grâce à l’observation de bouses

Il est intéressant d’observer l’état des bouses d’un troupeau de vaches, pour avoir une idée de la qualité d’un ensilage. Il est parfois possible de visualiser une forte abondance de grains de maïs dans des bouses, ce qui est dû une faible digestibilité de l’ensilage à l’ouverture (Figure 1).

Figure 1 : Tamisage de bouse après ouverture d’un silo de Maïs ensilage : phénomène accentué car grains non éclatés. Pour éviter une telle perte d’amidon, il est recommandé que les grains soient éclatés en 4

 
La digestibilité de l’ensilage de maïs évolue en fonction de la durée de stockage. La Dégradabilité Théorique (DT) augmente au cours du temps (Figure 2).
 

Figure 2 : Evolution de la digestibilité de l’amidon de maïs en fonction de la durée de stockage (d’après Der Bedrosian et al., 2010)

 

L’impact de la digestibilité de l’ensilage

L’ensilage de maïs jeune est plus difficilement digestible par les microorganismes du rumen des vaches laitières, conduisant un apport plus faible en énergie et donc à une diminution de la production de lait. L’amidon non digéré dans le rumen va se retrouver au niveau de l’intestin grêle pour une digestion intestinale. Cet excès d’amidon au niveau de l’intestin peut conduire une acidose intestinale détectable par la présence de mucus ou de gaz dans les bouses. Les grains d’amidon ne vont pas être digérés et vont se retrouver dans les bouses, conduisant à une perte d’énergie et de production.
De plus, les ensilages frais vont être très appétant et plus riches en sucres solubles. Cependant, ces sucres vont être digéré plus rapidement et sont très acidogènes.

 

Quelques règles simples permettent de conduire son troupeau avec succès lors de l’ouverture des silos de maïs :

  • Une transition en douceur : le rumen est un organe central pour la digestion des aliments grâce à son microbiote. Les bactéries doivent s’adapter aux changements de rations afin d’optimiser leur fonctionnement. Prévoir une transition sur 3 semaines permet au microbiote ruminale de s’adapter au changement de ration. Incorporer le nouvel ensilage progressivement en le mélangeant avec l’ancien.
  • Apporter de la fibre longue facilement accessible. Afin de faciliter la consommation des bovins, les fibres doivent être détassées. L’ajout d’une pierre de sel à proximité permet également d’augmenter la consommation de foin.
  • Favoriser une stabilisation du silo rapide : L’utilisation d’un conservateur d’ensilage biologique composé des bactéries Lactobacillus buchneri NCIMB 40788 et Lactobacillus hilgardii CNCM I-4785 va permettre une acidification rapide et une stabilité aérobiques après seulement 15 jours de fermentation.
  • L’ajout de levure vivante, LEVUCELL SC CNCM 1077, permet d’assurer une stabilité ruminale lors du changement de silo. Son action ciblée sur le rumen va permette de contrôler le niveau d’acide lactique, stimuler le microbiote, améliorer la digestibilité de la cellulose et stabiliser le pH ruminal des vaches.