Lallemand Animal Nutrition
Africa / Middle East - Français   [ Changer ]

COVID-19 Info
Nous tenons à informer nos clients et partenaires que nous mettons tout en œuvre pour assurer la continuité de nos services pendant cette période. Nous avons appliqué des plans d'urgence dans nos sites de production, et - à ce jour - notre production se poursuit selon des mesures de sécurité strictes pour protéger la santé de notre personnel. Nous tiendrons nos clients informés de l'évolution de la situation.

Actualités

01 Nov 2020

La période autour du vêlage: challenge pour le microbiote du rumen des vaches laitières

01 Nov 2020

Nouvelle étude métagénomique chez les vaches laitières (vêlage)

Confirmation du rôle protecteur de LEVUCELL SC 

En 2018, une étude a été accompagnée de données métagénomiques confirmant l’association entre les changements dans le microbiote du rumen et l’amélioration de l’efficacité alimentaire au vêlage, ainsi que le rôle protecteur de Saccharomyces cerevisiae CNCM I-1077 (LEVUCELL SC ) pour aider les vaches à affronter cette période difficile.2

 

Les résultats de l’essai

La période de transition chez les vaches laitières s’étend de trois semaines avant le vêlage à trois ou quatre semaines après le vêlage. Elle représente une période critique pour la vache avec des changements alimentaires, métaboliques et physiologiques majeurs. En particulier, le passage d’une alimentation riche en fibres à une alimentation riche en glucides rapidement fermentescibles représente un défi important pour la santé du rumen. Elle peut également avoir un impact négatif sur l’état inflammatoire de la vache. Un essai a été mené en partenariat avec l’équipe du professeur Alex Bach (IRTA, Espagne) à la Ferme expérimentale de Blanca (Espagne), sur l’impact des défis de transition sur la santé du rumen et les profils microbiotiques ainsi que sur l’effet des levures vivantes.

L’essai a été mené sur 21 vaches laitières Holstein de 21 jours avant le vêlage à 21 jours après le vêlage. Le régime alimentaire est passé de 28% de concentré avant vêlage (51,2% de fibres détergentes neutres, NDF, 13,2% de protéines brutes, CP) à 64% de concentré après vêlage (34,8% de NDF, 15,2% de CP).

 

Comprendre les données métagénomiques

La métagénomique est l‘identification génétique du microbiote entier d’un hôte et de son abondance relative. Ces technologies génèrent des millions de séquences génétiques. Grâce à l’analyse biostatistique, ces données ont pu être regroupées par genre bactérien – ce qui montre plus d’une centaine de types de bactéries différents (Figure 1). Une telle analyse peut aider les microbiologistes à mieux comprendre la composition complexe du microbiote, comme celle du rumen.

Abondance relative des genres détectés dans le rumen des bovins laitiers selon l'influence du temps par rapport au vêlage par les unités taxonomiques opérationnelles (OTU).

 

Dans le cas des vaches en transition, l’objectif était de se concentrer sur l’abondance relative des bactéries fonctionnellement pertinentes. Les résultats de deux grandes catégories de microbes ont été combinés : les bactéries qui dégradent les glucides complexes, comme les fibres, et les bactéries qui dégradent les glucides fermentescibles rapidement, comme l’amidon (Figure 2).
Les données ont montré :
  • Avant le vêlage, la proportion relative de bactéries dégradant les fibres est plus élevée que celle des bactéries qui se nourrissent de glucides rapidement fermentescibles.
  • Après le vêlage, il y a un changement rapide vers une proportion plus élevée de bactéries dégradant rapidement les glucides fermentescibles.
ration fibre amidon vaches

 

Le rôle protecteur de la levure vivante

La première partie de l’étude publiée en 20182 a montré que la supplémentation de LEVUCELL SC après trois semaines de pré vêlage améliore la dynamique du rumen en :

  • Renforçant l’intégrité de l’épithélium du rumen, grâce à une meilleure expression des gènes à jonction serrée avant le défi
  • Augmentant la résistance à un défi LPS entraînant une diminution de l’inflammation après le vêlage

Les données métagénomiques indiquent en outre le rôle protecteur de la levure vivante :

  • Avant le vêlage, la proportion relative des populations dégradant les fibres est significativement plus élevée (P<0,05).
  • Après le vêlage, le groupe de levures vivantes a montré un apport plus élevé en matière sèche, ce qui a entraîné une augmentation de 1,21 kg/jour des glucides non fibreux. Cela aurait eu un impact négatif sur le pH du rumen et l’équilibre microbien, ce qui aurait entraîné une plus grande proportion de dégraisseurs de glucides rapides. Au lieu de cela, il n’y avait pas de différence statistique avec le groupe témoin qui consommait moins de glucides fermentescibles.

Le Dr Bach explique : « Grâce à LEVUCELL SC les vaches ont consommé plus d’aliments, on aurait pu s’attendre à une baisse du pH du rumen et à une plus grande abondance relative de Prevotella (dégraissant glucidique fermentescible rapidement), à moins que LEVUCELL SC ait eu un effet positif sur le pH du rumen« .

En conclusion, la levure vivante – en stabilisant le pH du rumen malgré un apport plus élevé en fibres – limite l’éclatement des glucides rapidement fermentescibles dégradants.