Lallemand Animal Nutrition
Africa / Middle East - Français   [ Changer ]

COVID-19 Info
Nous tenons à informer nos clients et partenaires que nous mettons tout en œuvre pour assurer la continuité de nos services pendant cette période. Nous avons appliqué des plans d'urgence dans nos sites de production, et - à ce jour - notre production se poursuit selon des mesures de sécurité strictes pour protéger la santé de notre personnel. Nous tiendrons nos clients informés de l'évolution de la situation.

Actualités

13 Oct 2016

Probiotique: une seconde mère pour le jeune ruminant ?

13 Oct 2016

Lallemand Animal Nutrition présente de nouveaux travaux à la 5ème conférence Beneficial Microbes à Amsterdam

Lallemand Animal Nutrition participe à la 5ème Conférence Beneficial Microbes qui se tient à Amsterdam, aux Pays-Bas, du 10 au 12 octobre 2016. Cet évènement unique rassemble des scientifiques du monde entier qui consacrent leurs recherches aux microorganismes bénéfiques pour le bien-être et la santé, tant chez l’homme que chez l’animal. Frédérique Chaucheyras-Durand, Directrice de Recherche pour Lallemand Animal Nutrition et membre du comité consultatif de la conférence, a présidé la séance sur les jeunes animaux le 11 octobre. Elle a en outre présenté une nouvelle étude réalisée à l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) à Theix sur la mise en place de la microflore digestive chez le jeune ruminant et l’effet des probiotiques, lors d’une session dédiée à la gestation et aux premiers jours de vie chez l’animal.1

Importance de la mise en place de la microflore du rumen

Lallemand-at-5th-beneficial-microbes-conference-2016-F-Chaucheyras-DurandDr. Chaucheyras-Durand plante le décor : « Chez le ruminant, le microbiote gastro-intestinal est essential à la digestion puisque les fermentations microbiennes qui ont lieu dans le rumen sont une source essentielle d’énergie et d’azote. Il s’agit d’une population microbienne extrêmement abondante et variée qui joue un rôle clé dans la dégradation de la biomasse végétale. Le jeune naît sans microflore digestive. Les facteurs qui déterminent la colonisation microbienne du rumen sont encore mal connus, mais il semble que le contact répété avec la mamelle ou les animaux plus âgés jouent un rôle décisif. La séparation maternelle précoce peut perturber l’implantation de la flore ruminale chez le jeune, avec des répercussions possibles sur la fonction ruminale et finalement sur les performances et la santé de l’animal. Dans ce contexte, les probiotiques peuvent représenter un outil nutritionnel pour optimiser l’implantation de la microflore ruminale. Partant de cette hypothèse, une étude a été réalisée à l’INRA. Des agneaux nouveau-nés nourris à l’aliment d’allaitement sont utilisés comme modèles pour étudier la mise en place de la microflore ruminale. Grâce à des investissements dans des technologies de pointe en génomique, nous avons été capables de confirmer le rôle des probiotiques dans le développement du rumen.”

Le développement du rumen est affecté par la séparation maternelle précoce

L’étude s’est appuyée sur des techniques d’analyse de l’ADN (qPCR et séquençage par amplicon) pour étudier l’abondance, la diversité et la composition de la microflore à différentes périodes, depuis la naissance jusqu’à 60 jours. Les chercheurs se sont concentrés en particulier sur les populations microbiennes dont la fonction est essentielle, comme les microorganismes dégradant la fibre. Enfin, les analyses ont été faites en présence ou non d’un additif symbiotique (combinaison de levure vivante Saccharomyces cerevisiae CNCM I-1077 et de métabolites de levures). Les résultats confirment l’influence néfaste de la séparation maternelle précoce sur la colonisation du rumen par des populations microbiennes clés. En effet, aucune implantation significative de protozoaires ciliés, champignons et bactéries fibrolytiques Fibrobacter succinogenes n’a été observée chez les agneaux recevant l’aliment d’allaitement seul.

Les probiotiques peuvent contribuer à la mise en place de la microflore du rumen et de l’intestin postérieur

Lallemand-at-5th-beneficial-microbes-conference-2016-2Frédérique Chaucheyras-Durand poursuit: « Lorsque les agneaux reçoivent l’additif à base de levure en complément de l’aliment d’allaitement et de démarrage, nous observons une implantation plus précoce de protozoaires, champignons anaérobies et F. succinogenes, tous impliqués dans la digestion des fibres. Ces résultats suggèrent que la supplémentation a permis d’accélérer la maturation de l’écosystème microbien ruminal chez le jeune. Cette action peut être bénéfique pour le fonctionnement du rumen et les performances digestives de l’animal. De plus, les populations fécales de Ruminococcus flavefaciens, une autre bactérie impliquée dans la dégradation de la fibre, ont également augmenté, suggérant un bénéfice post-ruminal. »

Cette étude renforce et vient étayer des travaux antérieurs sur la levure vivante spécifique du rumen  S. cerevisiae CNCM I-1077 et son mode d’action, qui ont déjà fait l’objet d’une centaine de publications scientifiques. Ces travaux confirment les bénéfices de la levure sur la maturation des écosystèmes microbiens du rumen, ce qui peut se traduire par des bénéfices sur la santé et les performances des animaux avant mais aussi après le sevrage, plus particulièrement avec une plus grande quantité de céréales ingérées et une réduction de la fréquence des diarrhées.

Contactez Lallemand Animal Nutrition pour de plus amples information scientifiques sur cette levure probiotique.

1 Chaucheyras-Durand Frédérique, Ameilbonne Aurélie, Auffret Pauline, Dunière Lysiane, Forano Evelyne. Probiotics: a second mother for newborn lambs in ruminal microbial establishment? 5th Beneficial Microbes Conference, Oct. 10-12, 2016