Lallemand Animal Nutrition
Europe - Français   [ Changer ]
Actualités

08 Août 2022

Quels sont les impacts d’un excès d’azote soluble dans l’ensilage ?

08 Août 2022

Tout le processus de fermentation de l’ensilage à un impact sur sa qualité. Conserver un ensilage de bonne qualité est essentiel afin d’avoir un fourrage propre, riche et appétent pour les animaux. 

Mais au contraire, un ensilage de mauvaise qualité peut entraîner la production d’ammoniaque et une augmentation de la proportion d’azote soluble, ce qui n’est pas sans conséquence sur la santé et les performances des animaux qui vont ingérer ce fourrage.

 

L’excès d’azote soluble altère la santé et les performances des animaux

Un excès d’ammoniaque provenant de l’ensilage ne peut être utilisé en totalité par la microflore ruminale. Il sera donc absorbé à travers la paroi ruminale et transporté par le sang jusqu’au foie. Dans le foie, l’ammoniaque est détoxifié en urée qui est transportée vers les reins et transformée en urine excrétée par la vache.

Figure 2 : Cycle de l’azote chez la vache laitière (adaptée de Wattiaux, 1997)

Cependant, les capacités de détoxification du foie et des reins sont limitées et dans certains cas, on peut observer des taux élevés d’ammoniaque ou d’urée dans le sang et le rumen. Ces taux élevés peuvent être à l’origine de différents problèmes de santé pour l’animal, principalement en raison de la toxicité de l’ammoniaque.

L’alcalose est une accumulation excessive d’azote soluble dans le rumen.  Cela augmente le pH du rumen. Une vache est considérée en alcalose lorsque le pH atteint 7,2.

Figure 3 : Accumulation d’ammoniaque dans le rumen

 

Autres signes cliniques sur les animaux

Intoxication « subaiguë » : ingestion continue d’un excès d’azote soluble dans un ensilage de mauvaise qualité

  • Symptômes liés à la reproduction :
    • Avortements
    • Infertilité
  • Mammite
  • Perte d’immunité

Intoxication aiguë : le pâturage de jeunes herbes, l’absorption accidentelle de niveaux élevés d’urée, transitions courtes…

  • Baisse de la production laitière
  • Baisse de l’activité du rumen
  • Mortalité

 

Perte d’énergie et impact sur les performances

Outre les problèmes mentionnés ci-dessus, l’excrétion d’un excès d’urée signifie également une consommation d’énergie qui pourrait être utilisée pour la production de lait ou de viande.

Cette perte d’énergie provenant d’un excès de 2 % en protéines dans la ration correspond à un potentiel de 0,5 l de lait/jour.

Figure 4 : ATP = énergie

La surveillance de l’urée sanguine (urémie) permettra d’obtenir des données démontrant le déficit ou l’excès d’azote dans la ration. L’ammoniaque peut traverser la paroi ruminale lorsque sa concentration dépasse 50 mg/ml de liquide ruminal (Lewis et al., 1957).

 FAIBLE CONCENTRATION
D’URÉE
CONCENTRATION
IDÉALE
CONCENTRATION D’URÉE
ÉLEVÉE
mg d'azote
uréique /l de lait
<100100 - 160>160
mmol urée/l
de lait
<3636 – 57>57
mg urée/l de lait<214214 - 343>343
ConséquencesDiminution de
la production
laitière
Quantité idéale
pour la flore
ruminale
Pertes d'azote/
protéines

Dès que l’ammoniaque sanguin atteint 1 mg/100 ml (alcalose sanguine), l’intoxication devient létale (Maladies des bovins 2000, Institut de l’élevage). La concentration d’urée entre le sang et les autres liquides corporels a tendance à s’équilibrer entre la salive, l’urine et le lait.
Par conséquent, les concentrations d’urée dans le lait peuvent être un bon indicateur de l’utilisation des protéines de la ration.