Lallemand Animal Nutrition
Europe - Français   [ Changer ]
Actualités

02 Avr 2019

La composition du lait très impactée par le stress thermique

02 Avr 2019

Le stress thermique est aujourd’hui un problème bien connu des éleveurs de vaches laitières et bovins viandes. Nous sommes à présent conscients que même à faible niveau, il peut avoir un impact significatif sur la production et le bien-être des troupeaux. Cela fait déjà plusieurs années que Lallemand Animal Nutrition s’intéresse à identifier et suivre des indicateurs pertinents pour évaluer l’efficacité ruminale en élevage et aider les éleveurs à gérer leur troupeau pour optimiser la production et le bien-être (programme REI, voir schéma ci-dessous). Cette approche a permis de rassembler des milliers de données issues de différentes régions du globe, sous divers systèmes de production, données révélant l’impact du stress thermique au-delà des essais expérimentaux, en conditions terrain.

 

Les données obtenues dans des fermes laitières de différents continents sous un stress modéré à sévère ont été compilées, montrant qu’en période de stress thermique, différents indicateurs sont affectés:

  • La matière grasse du lait et le ratio TB/TP apparaissent significativement plus bas par rapport aux autres saisons, ce qui met en évidence une baisse de l’efficacité ruminale (voir graphes).
  • Le pourcentage de vaches avec une bonne note d’état corporel est plus faible.
  • Le pourcentage de vaches propres est aussi réduit.
  • Le test de tamisage des bouses montre une baisse de l’efficacité de la digestion : on compte plus de bouses mal digérées en été (présence de céréales non digérées).
  • Le nombre de cellules somatiques du lait est significativement augmenté (un indicateur partiellement affecté par des conditions ruminales médiocres, qui reflète également un statut antioxydant altéré).

Aurélien Piron, responsable technique ruminant a commenté: «Nous voyons aujourd’hui que notre approche d’audit de l’efficacité du rumen sur la base d’indicateurs objectifs et mesurables en élevage s’inscrit bien dans la tendance actuelle de la filière. Par exemple, une étude récente de Penn State Extension1 révèle une corrélation claire entre le niveau de stress thermique (indicateur THI), la durée quotidienne de rumination et la production laitière: selon cette étude, on estime que pour une augmentation de 10 points du THI, la rumination pourrait être réduite d’une heure par jour et la production laitière de 2,7 Kg / jour. L’efficacité ruminale est clairement affectée par le stress thermique. C’est pourquoi, en plus de l’utilisation de méthodes de réduction de la chaleur, nous recommandons vivement de tout mettre en œuvre pour gérer et optimiser le fonctionnement du rumen en adaptant la ration (qualité de la fibre, ration riche en énergie, fourrage de bonne qualité etc.) et la stratégie d’alimentation. De plus, nous avons déjà démontré dans diverses conditions que la levure vivante spécifique ruminant Saccharomyces cerevisiae CNCM I-1077 a un effet positif sur la production laitière et la production de viande durant les épisodes de stress thermique, contribuant ainsi à atténuer l’impact du stress thermique sur le rumen. »

 

 

Effet de la levure spécifique ruminant LEVUCELL® SC sur la production de lait et de viande dans des conditions de stress thermique: à gauche: rendement laitier corrigé de l’énergie pour des vaches en sous un stress thermique modéré: THI: 63-73; Fustini et al., 2013); A droite: gain de poids moyen quotidien chez des bovins viande; THI 70-80 (Essai commercial, Italie, 2015).

 

Afin d’évaluer les risques réels du stress thermique à travers le monde, Lallemand Animal Nutrition a également mené une enquête terrain sous diverses conditions climatiques en enregistrant les variations de l’index THI en temps réel dans l’environnement des animaux. Ceci a permis de dessiner une carte des risques de stress thermique (voir ci-dessous), destinée à aider les producteurs à anticiper les problèmes estivaux, et ce même dans des régions à priori non concernés par des climats très chauds comme l’Europe du Nord et centrale.

Carte du risque de stress thermique représentant le temps passé dans les différents niveaux de stress par 24 heures (données internes Lallemand Animal Nutrition). D’autres données sont disponibles pour l’Europe et le monde.

Pour en savoir plus sur ces différentes études, n’hésitez pas à nous contacter.

Effet de la levure spécifique ruminant LEVUCELL® SC sur la production de lait et de viande dans des conditions de stress thermique: à gauche: rendement laitier corrigé de l’énergie pour des vaches en sous un stress thermique modéré: THI: 63-73; Fustini et al., 2013); A droite: gain de poids moyen quotidien chez des bovins viande; THI 70-80 (Essai commercial, Italie, 2015).

1 Using rumination sensors to monitor heat stress in dairy cows, Mathew M. Haan, Penn State Extension, Dairy Herd Management, November 02, 2016