Lallemand Animal Nutrition
Europe - Français   [ Changer ]

COVID-19 Info
Nous tenons à informer nos clients et partenaires que nous mettons tout en œuvre pour assurer la continuité de nos services pendant cette période. Nous avons appliqué des plans d'urgence dans nos sites de production, et - à ce jour - notre production se poursuit selon des mesures de sécurité strictes pour protéger la santé de notre personnel. Nous tiendrons nos clients informés de l'évolution de la situation.

Actualités

05 Avr 2020

L’entérite nécrotique chez le poulet de chair

05 Avr 2020

enterite necrotique poulet de chair

L’entérite nécrotique (EN) est aujourd’hui la maladie bactérienne la plus courante et la plus coûteuse en élevage de poulets de chair. Il s’agit d’une maladie multifactorielle causée par Clostridium perfringens. Sa forme subclinique altère significativement les performances des lots, tandis que sa forme aigüe est responsable d’une mortalité élevée. Récemment, avec la
limitation de l’utilisation des antibiotiques en production avicole, une recrudescence d’EN a été observée. D’où l’intérêt de rechercher de nouveaux outils efficaces pour permettre d’éviter ce problème. Une publication récente indique le potentiel de l’approche d’exclusion compétitive (EC) dans ce domaine.

Exclusion compétitive

Les solutions d’EC sont des cultures de bactéries bénéfiques qui améliorent l’équilibre microbien digestif. Leurs modes d’action proposés sont notamment :

  1. la compétition pour des nutriments et des sites de liaison avec des bactéries indésirables,
  2. la production de molécules inhibitrices
  3. la modification du pH intestinal,
  4. la production de substances antimicrobiennes
    telles que les bactériocines, et
  5. la modulation de la réponse immunitaire locale.

Les bactéries bénéfiques sont administrées dès le premier jour de vie par pulvérisation sur les poussins, afin de favoriser l’établissement précoce d’une microflore digestive bénéfique.

Nouvelle étude

Une étude a été réalisée aux États-Unis (Southern Poultry Research, Géorgie) pour évaluer les effets d’une solution d’EC (AVIGUARD) visant à prévenir l’incidence de l’EN dans une exploitation commerciale de poulets de chair, par rapport à l’administration classique d’antibiotiques (bacitracine disalicylate de méthylène, BMD). Les poussins de chair mâles ont reçu à volonté une ration commerciale typique 3 phases, à base de maïs et de soja.

Le groupe AVIGUARD a été traité par une seule pulvérisation à j1. Le groupe sous antibiotique a reçu la même alimentation de base avec BMD tout au long de l’essai (42 jours). Les poulets ont été exposés à la coccidiose à j14 (Eimeria maxima) puis à C. perfringens à j18, j19 et j20.

Amélioration de l’intégrité intestinale et des performances

mortalité associée à l'Entérité nécrotique (volailles)

Après 42 jours, les scores des lésions d’EN les plus faibles ont été observés avec AVIGUARD et la mortalité associée à l’EN était significativement inférieure dans le groupe AVIGUARD (Figure 1) par rapport au groupe témoin et au groupe sous antibiotique. Il a donc été conclu que la solution d’EC appliquée une seule fois sur les poussins, a été aussi performante, voire plus, que l’antibiotique administré en continu aux poussins.

 

En ce qui score des lésions d'Entérite nécrotique (volailles)concerne les performances de croissance, aucune différence significative de poids corporel ou d’IC n’a été observée entre les groupes sous AVIGUARD et sous antibiotique. Par conséquent, en raison d’une mortalité associée à l’EN inférieure, les performances globales ont été supérieures avec la solution d’EC (Figure 2).

Figure 1 – Effet des différents traite en haut, scores moyens des lésions à j21,  en bas, taux de mortalité entre j1 et j42
(Les entrées avec des lettres différentes sont significativement différentes ; p = 0,009)

 

IC économique (volailles)

Figure 2 – Effet des différents traitements sur les performances des poulets de chair de j1 à j42
(Les entrées avec des lettres différentes sont significativement différentes ; p = 0,009).

 

Une stratégie de contrôle de l’EN en élevage pourrait tirer profit d’une solution d’EC, en plus de pratiques de gestion de l’hygiène sur site strictes, afin de prévenir les principaux pathogènes.