Lallemand Animal Nutrition
Europe - Français   [ Changer ]

COVID-19 Info
Nous tenons à informer nos clients et partenaires que nous mettons tout en œuvre pour assurer la continuité de nos services pendant cette période. Nous avons appliqué des plans d'urgence dans nos sites de production, et - à ce jour - notre production se poursuit selon des mesures de sécurité strictes pour protéger la santé de notre personnel. Nous tiendrons nos clients informés de l'évolution de la situation.

Actualités

01 Oct 2020

LEVUCELL SC fait la différence dans les pierres à lécher

01 Oct 2020

LEVUCELL SC Pierres à lécher

La levure vivante spécifique pour les ruminants Saccharomyces cerevisiae CNCM I-1077 (LEVUCELL SC) peut améliorer considérablement la rentabilité des bovins viande qui pâturent des prairies de mauvaise qualité.

 

Dans cet essai, les bovins ayant reçu S. cerevisiae I-1077 ont présenté une augmentation de 27,6 % du gain de poids vif et une amélioration de 30,3 % de l’indice de consommation, soit un gain supplémentaire de 6,94 € par animal après le coût du traitement.

Cette étude a examiné l’efficacité de LEVUCELL SC lorsqu’il est ajouté à un complément alimentaire à lécher commercial. Au total, 48 boeufs Charbray d’un poids vif moyen de 329 kg (fourchette +/- 20 kg) ont été répartis de façon aléatoire dans six enclos contenant chacun deux blocs de quatre animaux.

Pendant la période d’adaptation de 14 jours, les boeufs ont reçu 300 grammes/tête/jour de pierre à lécher et ont eu un accès limité à du foin de mauvaise qualité à base d’herbe de Rhodes (6 % de protéines brutes).

Pendant la période de l’essai (42 jours), les boeufs ont reçu 200 grammes/tête/jour de pierre à lécher et ont eu un accès illimité au foin de mauvais qualité (base d’herbe de Rhodes). La moitié des animaux a eu accès à une pierre à lécher classique, tandis que l’autre moitié a eu accès à une pierre à lécher contenant du LEVUCELL SC.

En Australie, les producteurs de bovins du Nord fournissent des pierres à lécher riches en protéines, vitamines, minéraux et sel afin de stimuler l’apport en matière sèche et la fonction ruminale pendant la saison sèche.

Le directeur des services techniques de Lallemand Animal Nutrition en Australie, Jordan Minniecon, déclare que les résultats démontrent la valeur économique de l’ajout de LEVUCELL SC aux rations, même dans les systèmes de pâturage extensif.

“«L’un des facteurs qui limitent le plus les performances des systèmes de pâturage extensif est le remplissage du rumen et la vitesse de passage de la ration » explique Jordan. « Les chercheurs s’attendaient à ce que lesbovins ayant reçu LEVUCELL SC présentent une consommation de matière sèche plus élevée en raison de son impact bénéfique sur l’amélioration de la digestibilité des fibres. » « Cela n’a pas été observé, peut-être parce que le foin fourni, bien que de mauvaise qualité, était toujours supérieur à ce qui est disponible dans la parcelle. » « De même, il n’y a pas eu de différence mesurable en termes de digestibilité des fibres. » « Par conséquent, cette amélioration peut être attribuée à l’amélioration du profil microbien du rumen. »

LEVUCELL SC contient la levure vivante spécifique à la souche, Saccharomyces cerevisiae I-1077, qui a été sélectionnée parmi des milliers de souches différentes de S. cerevisiae pour sa capacité prouvée à améliorer la fonction ruminale chez les vaches laitières et les bovins viande.

Comment fonctionne la levure vivante :

Le mode d’action de Saccharomyces cerevisiae I-1077 est scientifiquement documenté. Elle contribue à créer un environnement ruminal stable, à optimiser le pH du rumen et à améliorer la digestion des fibres de quatre manières importantes :

  • Elle est en concurrence directe avec les bactéries productrices de lactate (par ex. Streptococcus bovis) pour les substrats, réduisant ainsi la charge en acides dans le rumen.
  • Elle constitue une source directe de nutriments pour les microbes consommant du lactate présents dans le rumen (par ex. Megasphaera elsdenii et Selenomonas ruminantium spp.), ce qui réduit encore la charge en acides dans le rumen.
  • Elle consomme l’oxygène résiduel présent dans le rumen, permettant ainsi la prolifération de bactéries anaérobies, de protozoaires et de champignons bénéfiques.
  • Elle favorise la croissance de la microflore impliquée dans la digestion des fibres, comme les bactéries cellulolytiques et les champignons, améliorant ainsi la digestion des fibres et fournissant une source de protéines pour la production
    laitière.