Lallemand Animal Nutrition
Europe - Français   [ Changer ]

COVID-19 Info
Nous tenons à informer nos clients et partenaires que nous mettons tout en œuvre pour assurer la continuité de nos services pendant cette période. Nous avons appliqué des plans d'urgence dans nos sites de production, et - à ce jour - notre production se poursuit selon des mesures de sécurité strictes pour protéger la santé de notre personnel. Nous tiendrons nos clients informés de l'évolution de la situation.

Actualités

25 Déc 2020

12 conseils nutritionnels pour la gestion des truies hyperprolifiques

25 Déc 2020

L’élevage actuel porcin a beaucoup évolué, impliquant donc de nouveaux challenges à relever pour la fillière.  Au cours des 20 dernières années, le milieu de la génétique génétique a effectué un important travail de sélection de la prolificité des truies, avec une augmentation de 0,2 porcelet par portée et par an.

Toutefois, depuis l’introduction des truies hyperprolifiques, certains problèmes collatéraux sont apparus concernant la qualité des porcelets. En effet l’hyperprolificité se traduit par une plus grande taille de la portée, mais un poids plus faible des porcelets à la naissance, associé à une plus grande hétérogénéité des portées et des performances.

Certaines stratégies nutritionnelles peuvent aider à palier à ces nouveux défis actuels :

  1. Adopter plusieurs phases d’alimentation lors de la gestation, y compris un changement d’aliment au 84e ou 90e jour de la gestation, pour répondre aux besoins en acides aminés et en énergie des truies en fin de gestation
  2. Augmenter la prise alimentaire pendant le dernier mois de gestation (pendant cette période, chaque fœtus double son poids)
  3. Adapter la courbe d’alimentation à la parité de la truie
  4. Contrôler la transition entre l’alimentation en gestation et l’alimentation en lactation. Ceci afin d’améliorer la consommation d’aliments de lactation et de réduire les problèmes autour de la mise-bas
  5. Stimuler la consommation d’aliments en début de lactation, en augmentant le nombre de repas par jour, en mélangeant les aliments avec l’eau et en contrôlant la température dans les salles de mise basTRUIES HYPERPROLIFIQUES
  6. Augmenter progressivement la prise alimentaire en période de lactation
  7. Maintenir de bons niveaux de fibres (4,5 à 7 %) dans les régimes d’allaitement, car les fibres ont des effets positifs sur le confort intestinal et le bien-être des truies
  8. Supplémenter son aliment avec la levure vivante Saccharomyces cerevisiae boulardii CNCM I-1079 (LEVUCELL SB) pendant la gestation et la lactation pour améliorer les conditions de mise bas et stimuler les performances globales de la truie en matière de lactation (Bravo De Laguna et al., 2020)
  9. Ajuster le niveau de lysine dans l’aliment de lactation pour suivre les recommandations émises par les organismes de référence pour les truies hyperprolifiques. Gardez à l’esprit que la production laitière est directement liée à l’apport en lysine
  10. Ne pas oublier que les autres besoins en acides aminés dépendent de l’âge de la truie. Les truies primipares ont besoin d’un rapport thréonine/lysine plus élevé, tandis que les truies multipares ont besoin d’un rapport valine/lysine plus élevé
  11. Ne pas sous-estimez le rôle de la nutrition macro et microminérale chez les truies hyperprolifiques. Cependant, n’oubliez pas que l’excès de calcium est un facteur de risque du syndrome de mastite-métritie-agalaxie
  12. Après l’insémination, autour de la mise bas et pendant la lactation, minimiser le stress oxydatif au niveau cellulaire en appliquant des antioxydants primaires (superoxyde dismutase (SOD) et sélénium organique) et secondaires (vitamine E)